Dossier : Les trésors...des chasses au trésor ludiques - Partie 1

5 Juin 2022


Depuis l'apparition des chasses au trésor ludiques, les lots à découvrir ont toujours été très variés. Du simple ticket à gratter à des sommes pouvant dépasser les milliers d'euros, certains font plus rêver que d'autres, car ils représentent dans l'imaginaire ce qui constitue un vrai trésor : ce sont les œuvres d'art uniques réalisés à partir de métaux précieux et bijoux exceptionnels.

 

Ces trésors tant convoités par les chasseurs sont-ils la motivation première pour se plonger à corps perdu dans des énigmes hermétiques parfois capillotractées ?

Non, fort heureusement, la plupart ne voit là qu'un défi intellectuel qui non seulement alimentera leur culture générale, mais surtout dans lequel ils souhaitent défaire les premiers les nœuds labyrinthiques du concepteur. Mais le trésor nourrit tout de même l'enthousiasme du chercheur.

 

Dans ce dossier, je vous expose une sélection de ces œuvres internationale tout en nous interrogeant sur ce quelles sont devenus aujourd'hui.

 

 

 

Partie 1 : Lièvre, Chouette et Aigle...le tout en Or !



 

A – Le lièvre d'or (Masquerade) / Grande Bretagne

 



 

Masquerade était une chasse au trésor sous forme de livre d'images, écrit et illustré par Kit Williams et publié en août 1979.

Le trésor était un grand pendentif représentant un lièvre de 18 carats en or orné de bijoux.. Il a été enterré dans un coffre en céramique, en forme de lièvre (à la fois pour le protéger du sol et pour déjouer toute tentative de le localiser avec un détecteur de métal). Sur le coffre était inscrite la légende : « Je suis le gardien du bijou de Masquerade, celui qui vous attend pour l'éternité ».



 

C'est en 1982 qu'il trouvait son inventeur, Dugald Thompson, malgré quelques polémiques concernant la résolution partielle de la chasse et l'aide de tiers liés à l'auteur.

Thompson a remis en jeu le trésor en 1984 avec le jeu vidéo « Harraiser » qu'il a fondé avec sa société. Mais celui-ci a connu un « flop » et n'a donc pas eu de gagnant. L'entreprise a été liquidée et le lièvre d'or fut mis aux enchères en 1988 via la maison Sotheby's. Il fut racheté pour 31,900 £ (environ 37 000 €),et durant plus de vingt ans, il disparut entre des mains invisibles...

 

Ce n'est que le 14 juillet 2009 que le bijou a ressurgi lors d'une émission télévisée. Son propriétaire, resté anonyme, était basé en Extrême-Orient .

 

Enfin, en 2012, le lièvre d'or a été exposé au V&A Museum de Londres (Victoria & Albert).

 

Il est certainement retourné aujourd'hui dans la collection de ce riche acquéreur...






 

 

B – La chouette d'or (Sur la trace de la Chouette d'Or) / France

 



 

Faut-il encore la présenter ? Elle fait partie des histoires les plus rocambolesques des chasses au trésor ludiques. La chasse a débuté en 1993 et dure toujours...

 

 

La statuette a été conçue par Michel Becker et l'orfèvre Ardachès Papazian. Elle fait 50 cm d'envergure pour 3 kg d'or et 10 kg d'argent. Son bec est en onyx et ses yeux sont sertis de 500 diamants.

Même si l'estimation d'une œuvre pareille est difficile tant elle se charge d'histoire au fil des années, 1 million d'euros environ serait sa valeur actuelle.

 

C'est Michel Becker qui la possède aujourd'hui et qui l'exposera prochainement dans le Musée de la Chouette d'Or à Rochefort dès son ouverture.

 

 

 

 

 

C – L'Aigle d'or (The World's Greatest Treasure Hunt - Quest for the Golden Eagle) / Amérique

 



 

Comme les chasses précédentes, un livre est édité en 2010 et propose une série d'énigmes qui permet de retrouver des « aigles » :

-12 aigles en argent, correspondant aux 12 chapitres du livre d’énigmes, estimés à environ 20000 $ chacun.

-Le principal trésor était un aigle d'une valeur de 1 million de dollars.

 



 

Cette sculpture d'aigle n'était pas le gain de la chasse au trésor, mais plutôt le symbole du jeu qui aurait permis après sa vente de fournir une partie à la recherche contre le cancer (1 million de dollars), une autre pour l'inventeur du jeu (1 million de dollars) et la somme restante pour la promotion de l'ensemble.

 

 

Ron Shore, l'auteur du livre a chargé le sculpteur canadien Kevin Peters de l'aider à créer cette œuvre. Elle mesure environ 29 x 10 cm pour un poids avoisinant les 9 kg. Elle est en or massif et 763 diamants recouvrent sa tête.

L'oiseau veille sur l' Atocha Star , la plus grande émeraude taillée de l'Atocha, un galion espagnol qui a coulé en 1622 et a été récupéré par Mel Fisher en 1985.
 

La valeur marchande de la sculpture est estimée à 6 millions de dollars.

 

Mais comme si ces trésors portaient malheur, l'histoire ne s'est pas déroulée comme il se devait.

Plusieurs chapitres du livre ont été résolus et des joueurs ont remporté, comme le règlement le stipulait, des aigles en argent. Jusque-là, pas de problème.

Mais le 30 mai 2016, Ron Shore, qui était en possession de la statue, a été agressé alors qu'il se dirigeait vers sa voiture après un concert. Le pillard se serait enfui avec le sac à dos de M. Shore qui contenait le précieux trésor à l'intérieur.

 

Le principal intéressé comptait sur l'assurance pour relancer le jeu. Il dut néanmoins stopper la chasse en 2018 alors que la compagnie d'assurance n'avait toujours pas tranché sur un remboursement éventuel.

Ce n'est que le 1er décembre 2020 que l'on apprenait qu'elle rejetait sa réclamation pour le vol de l'oiseau...

 

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Toutes images, écrits, graphismes diffusées sur le site "www.chassesautresorludiques.com" appartiennent à son auteur.
Toute utilisation commerciale ou dans un site personnel est strictement interdite sans l’accord préalable de l’auteur ©.