B 530 780 470 580 600 500 420 560 650 520 La 12ème

En cours de réactualisation...


470
CE N'EST LE BON CHEMIN
QUE SI LA FLECHE VISE LE COEUR




C'est à ce stade du jeu que les chasseurs se divisent. Les hypothèses s'étoffent à cause d'un concept difficile à comprendre : LA LUMIÈRE liée en quelque sorte à l'OUVERTURE.

Pour indiquer un autre lieu, Max Valentin utilise le même procédé que l'énigme OUVERTURE, c'est-à-dire une charade offrant une lettre pour chaque numéral.

1er  : A (gaîté qui se multiplie..Ah, Ah !)
2eme : [ espace ]
3eme : R (de l'air)
4eme : O (de l'eau)
5eme : N (couché il ronfle, Zzzz)
6eme : C (vaut cent en chiffre romain)
7eme : E (un n'e !)
8eme : V (de victoire)
9eme : A (l'étonnement, Aaaaaaa ?)
10eme: U (un u avec la liaison)
11eme: X (l'inconnue)

Mon tout est A RONCEVAUX, ville d'Espagne nommée aujourd'hui Orreaga !

Le cahier des charges de Michel Becker est très clair à ce sujet. Max Valentin avait demandé au peintre l'illustration suivante :
"Quelque chose qui évoque Roncevaux, ou Roland (Durandal fichée dans un rocher ?)"

Il est donc inutile de chercher autre chose dans la peinture accompagnant cette énigme, même si le côté gauche du rocher forme la côte espagnole.

 

Si l'énigme 530 est liée à celle-ci (470) en raison du même codage, l'on obtient alors :
BOURGES A RONCEVAUX.



L'on comprend que piéton de l'énigme précédente est un pèlerin qui se rend à Saint-Jacques-de-Compostelle. Empruntant la Via Lemovicensis (partant de Vézelay) il croise à Bourges le cocher. C'est là que nous l'apercevons. Il nous évoque sa volonté à découvrir son chemin de lumière...spirituelle. Intrigués, nous le suivons (nous aussi en quête de...vérité).

   

Les routes de Saint Jacques de compostelle et le piéton faisant le chemin...


Roncevaux était le siège d'une célèbre bataille en 778. En effet, c'est ici que Roland et sa fameuse épée Durandal prirent part à la légende. Gravement blessé, Roland essaya de briser son arme contre un rocher pour ne pas qu'elle tombe aux mains de l'ennemi. Mais c'est la roche qui se cassa (explication du visuel).
Ce combat eut lieu plus précisément au port d'Ibaneta, à quelques kilomètres de Roncevaux. Un monument commémoratif (datant de 1967) y demeure. Malheureusement, il a été vandalisé, mais on peut encore en trouver des photos comme sur ce site.


Ce moment historique est confirmé par l'indice publié le 12 août 1993 dans le magazine "L'express". Le visuel montre le cor de Roland, ou olifant, avec lequel le héros avait alerté Charlemagne.

La manière de coder dans cet IS est également intéressante. Max Valentin utilise simplement l'alphabet et prend un trio de lettre dont il fait disparaître celle du milieu et cela dans le sens inverse de lecture :
D C B / B A Z
Ces notions de centre et d'inversement sont omniprésents dans le jeu.

 
La solution de ce petit texte est "Ça s'est passé en l'an 778", confirmation de la bataille.




Toutefois, un doute subsiste à ce niveau : quel est le rôle de l'énigme précédente ?

L'énigme 780 nous a donné un élément essentiel : la MESURE. Mais à ce moment du jeu, elle ne nous sert pas encore. Le point important est de nous avoir menés dans une direction générale jusqu'à un lieu. Nous avons donc pris du recul pour enfin nous retourner et avoir une vue d'ensemble. De là, nous sommes censés voir la LUMIÈRE par L'OUVERTURE.
Le titre est explicite : le bon chemin n'est pas la route menant à Compostelle. Inutile d'aller plus loin que Roncevaux ! Ce titre doit nous aider à comprendre la manière de procéder.


Nos deux hypothèses de départ concernant l'Ouverture nous proposaient :
1- Ouverture = début du jeu, donc l'énigme 530.
2- Ouverture = la ville de Bourges

Les nouveaux éléments de l'énigme 470 indiquent clairement que l'on peut voir par l'ouverture. Le mot COEUR du titre désigne de manière précise Jacques Coeur, et de façon symbolique Bourges comme le centre de la France.
Nos deux hypothèses se substituent donc pour n'en former plus qu'une seule. Il ne restera plus qu'à déterminer ce que représente exactement le mot Ouverture quant à la compréhension du jeu.

 

De Roncevaux, on se retourne vers le nord et observons dans la direction de Bourges. C'est le bon chemin, la bonne direction, c'est çà dire qu'il faut fixer du regard le nord depuis le sud en passant par le coeur.
Même sans tracer aucun trait, avec une carte de France quelconque, une Lumière douce nous attire : L'AUBE (le département 10).


Le coq est le symbole annonciateur de l'Aube. L'énigme OUVERTURE confirme donc avec son visuel la bonne Lumière, sachant que l'aube est la première lueur du soleil levant, une clarté qui commence à blanchir l'horizon.

L'étymologie de l'AUBE (concernant la clarté) remonte au XIe siècle. C'est dans une chanson de geste que se trouve sa première apparition : LA CHANSON DE ROLAND dans la laisse LIII :

 
 
                                            "Or, un matin, à l’aube, quand le jour jette sa première clarté,
                                              Le comte Ganelon arrive au campement. "



Comme la plupart des chasseurs, l'histoire de la chanson de Roland a été maintes fois disséquée. Mais ce type littéraire a malheureusement été mis de côté alors qu'il a toute son importance.
En effet, la Chanson de Roland est la plus ancienne chanson de geste française, en 4 002 décasyllabes assonancés (manuscrit d'Oxford), rédigée en anglo-normand, un dialecte de la langue d'oïl. C'est même la forme littéraire la plus ancienne en langue française.

Nous retrouvons donc des points communs :
1 - L'occitan : L'étymologie du mot charade (voir énigme précédente) et Les chansons de geste écrites en langue profane -d'oc ou d'oïl-
2 - Le commencement : Découverte de la première littérature française (Chanson de Roland) et des premières lueurs du jour (Aube).
3 - 10 : La chanson de Roland est écrite en décasyllabes et le département de l'Aube est 10.

La lumière va-t-elle évoluer en fonction des genres littéraires que nous allons découvrir ?



En construction....

 


En plus :

- L'énigme comprend exactement 100 mots (titre + texte) !
Cela peut-être en rapport direct avec l'énigme précédente où l'on faisait le premier pas. À la fin de l'énigme, nous en sommes, mot après mot au 100e.
Dans les cloîtres des abbayes, lorsque les moines ou les chanoines en faisaient un tour complet, on disait qu’ils faisaient "les cent pas".

 

Ce

n

est

le

bon

chemin

que

si

la

flèche

vise

Le

coeur

Mon

Premier

par

la

gaîté

se

multiplie

Mon

Second

t

offre

de

l

espace

Mon

Troisième

de

l

air

et

mon

Quatrième

de

l

eau

Quand

il

est

couché

mon

Cinquième

ronfle

Mon

Sixième

vaut

cent

et

mon

Septième

n

est

qu

un

noeud

Mon

Huitième

a

le

goût

du

laurier

Tandis

que

mon

Neuvième

par

l

étonnement

se

traîne

Mon

Dixième

est

toujours

nu

quand

il

a

une

liaison

Mon

Onzième

enfin

est

l

inconnue

Trouve

mon

Tout

et

par

l

Ouverture

tu

verras

la

lumière

 


Toutes images, écrits, graphismes diffusées sur le site "www.chassesautresorludiques.com" appartiennent à son auteur.
Toute utilisation commerciale ou dans un site personnel est strictement interdite sans l’accord préalable de l’auteur ©.